30 juillet 2021

KARATE

Le karaté est un art martial, dit japonais. Cependant, son origine est okinawaïenne (l’île principale de l’archipel des Ryūkyū), qui a longtemps constitué un royaume indépendant du Japon.

 

Le karaté comme arme de santé

On traduit le plus souvent le mot “karaté” par « main vide », au sens de lutter à mains nues, mais il est à noter que les origines bouddhiques du karaté nous renvoient également à des conceptions plus philosophiques et méditatives. C’est ainsi que l’on peut relever sous cette appellation l’idée d’avoir les mains vides au sens de se décharger de son quotidien. On associera alors la pratique de cet art martial au concept de lâcher prise. En ce sens, le karaté devient un outil de gestion du stress et un moyen de mettre une distance entre soi et ses soucis.

Les méthodes de travail respiratoire que l’on peut retrouver dans certains katas reposent sur des préceptes de modulation et de positionnement de la respiration issus du yoga.

Enfin, la pratique du karaté constitue un cheminement au plus profond de son être. Il confronte les gens à leurs instincts de violence, à leurs fantasmes de domination ou à leur peur de la confrontation et amène chacun, pas à pas, à gérer les conflits qui naissent chaque jour dans la vie en les purgeant de leur caractère dramatique. « Le karaté, chemin vers un plus grand moi », est alors la voie de la sérénité.

Néanmoins, le karaté peut être pratiqué comme une activité gymnique. Ainsi, chaque partie du corps peut être sollicitée, et la pratique adaptée à chaque morphologie.

Sport de combat et/ou art martial ?

Même si le karaté est actuellement pratiqué comme un sport par bon nombre d’adeptes sur la planète, beaucoup de pratiquants ont encore à cœur le code du bushido (« la voie des techniques du guerrier ») et n’hésitent pas à le mettre de l’avant dans leur pratique. Dans cette dernière voie, le karaté devient plus un art de vivre qu’un simple sport et tend vers la maîtrise du corps et de l’esprit.

Historiquement, ce code bushido est en fait le code d’honneur de la caste militaire japonaise des samouraïs, qui émergea véritablement pendant la période Heian au XIIe siècle. L’apparition du terme “bushido” date du XVIe siècle, au moment où le Japon était ravagé par les guerres civiles. Il fut standardisé au XVIIe siècle, sous la période Tokugawa. Le samouraï y était alors considéré comme un exemple vivant. Ce code est imprégné de nombres d’influences bouddhiques et taoïstes.